Nous nous reverrons en mer...
 

Partagez | 
 

 Zaramoth, ou le fou au corbeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ohara Zaramoth

avatar


Messages : 20
Berrys : 23
Date d'inscription : 19/10/2011

Carte d'identité
Prime:
Équipage:

MessageSujet: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Mar 1 Mai - 9:28



Ohara Zaramoth



Awesome Prussia ~ [APH]
Informations
Profiteur


Surnom: Appelez-moi comme il vous plait, mais je vous recommande d'éviter Zara. J'entends fréquemment des inconnus m'interpeller "L'homme au corbeau", ce qui est assez stupide puisque mon fidèle compagnon n'est pas un corbeau.
Âge: Une dizaine de paire, ou bien une paire de décennies, c'est comme vous voulez.
Sexe: Masculin.
Sexualité: Non défini, mais je garde tout de même une certaine morale.
Manies: Je m'esclaffe souvent, en particulier lorsque la situation ne s'y prête pas. Je me considère aussi comme ayant un sens théâtral important.
Particularité: Un aigle que j'ai moi-même apprivoisé me suit dans tous mes déplacements. D'ailleurs, il est dressé pour obéir à ma voix et à mes gestes, même si il y met parfois de la mauvaise volonté...
Fruit du démon: [Bien qu'il l'ignore, il a ingéré une partie du Moho Moho No Mi, qui lui permet d'imiter le pouvoir fruit du démon d'une personne dans les environs. Malheureusement, comme il n'en a mangé qu'un petit morceau, le pouvoir en question ne sera pas aussi fort. De plus, il faut que la personne qu'il imite soit dans son champ visuel; et il ne connaitra pas toutes les techniques que le porteur a acquis avec l’expérience et autres astuces. Pas très utile donc. Et puis de toute façon, il n'en n'est même pas au courant.]
Groupe: Bwaaah, je me suffit à moi-même en tant que groupe. Un navigateur solitaire... Pas vraiment pirate, pas vraiment marine, pas vraiment civil, je m'en choisis un lorsque ça m'arrange.
Équipage: J'en recherche justement un ~ Même si j'apprécie la solitude, il faut admettre que plus on est de fou, plus on rit.







.:Description physique:.

  • Apparence:
    Le soir vient. L'obscurité tombe sur le petit patelin que je traverse, et la pluie qui n'est pas en reste n'arrange pas les choses. Je resserre ma cape autour de ma longue carcasse en frissonnant. Parfois, je regrette de ne pas avoir dans mon corps squelettique assez de graisse pour me tenir au chaud, mais je dois avouer que cela est assez rare. Pestant contre mon bicorne qui prend l'eau, j'enfouis autant que je peux ma tête dans le col du tissu, ne laissant à la merci du vent que mes yeux couleur rubis. Haha. Je suppose qu'avec cette dégaine, je dois avoir l'air d'un spectre ou d'un démon. Je devrais d'ailleurs peut-être travailler un peu cette apparence. Juste pour rigoler, en voyant la tête des gens que je croise. Peau pâle, yeux écarlates, cheveux blêmes, je dégage un aspect fantomatique, que vient appuyer la présence de mon compagnon, un soit-disant maléfique aigle aux plumes sombres. Mais comme j'apparais en général plutôt joyeux, cet effet est la plupart du temps inexistant. Je grelotte et je presse le pas. Si je ne trouve pas rapidement un coin à louer auprès d'un feu, je vais devoir rester clouer au lit pendant une bonne semaine. Il faut dire que ma tare génétique, qui physiquement n'a qu'un impact sur les pigments de ma peau, me rend aussi un peu plus faible que la moyenne. Mais bon cette faiblesse ne peut guère être exploité que par les intempéries de la nature. Avec le demi-sourire féroce qui s'affiche souvent sur mon visage, je passe une main sous ma cape.
  • Armes:
    Mes longs doigts effleurent la garde de mon sabre. A vrai dire, il n'est là que par habitude. Même si je m'en sert plutôt bien, ce n'est pas mon arme de prédilection; je considère le corps à corps comme un peu trop dangereux contre la plupart des habiles bretteurs naviguant sur les eaux. Je préfère de loin rester à distance (ha ha ha, j'adore ce jeu de mot). Je suis relativement à l'aise avec les armes de feu, mais c'est un peu trop contraignant pour moi: Munitions, poudre, tout cela qui doit rester au sec... Je ne crache pas dessus lorsque j'en ait sous la main, mais je suis plus habile avec quelques armes de jets, comme les couteaux. J'en ait d'ailleurs toujours quelques-uns planqués dans mes bottes. J'aime bien la double utilité de cet instrument: trancher, bien sûr -et pas que du saucisson-, et une qu'on ne reconnait que trèèès rarement: assommer, du coté de la garde. A part ça, je suis capable de me battre avec tout ce que je trouve, comme une chaise, ou une cuillère (oui, oui: Richard Gale, vous connaissez pas?).

.:Personnalité:.

  • Caractère:
    « Le monde est mien. »
    Comment l'ai-je conquis? Rien de plus simple. Un beau jour, du haut de mes onze ans, je me suis planté à l'endroit le plus élevé que je connaissais (en l’occurrence, le pic d'une falaise, face à l'océan), et j'ai décrété que tout ce qui se trouvait autour de moi, sous mes pieds et dans le ciel m'appartenait.
    Hem, enfin bref. Au-delà du caprice d'un enfant, voyez la philosophie de l'homme que je suis devenu. Le monde est à moi; cela ne signifie pas que j'en suis le maitre, mais que cet univers n'existe que pour moi. Je ne me prétend pas être l'unique être vivant digne de ce nom, mais je considère tout ce qui m'entoure comme ayant pour seul but de m'amuser. Je fais abstraction des règles fixées par les hommes, et je rêve de faire de même avec celles de la nature. Mon monde n'est qu'un jeu. Je vis au jour le jour, attendant de voir ce que le jeu me réserve: je ne m'installe nulle part, je ne travaille pas, je n'ai confiance en personne. Et de toute façon, personne n'a confiance en moi, où du moins ne devrait l'avoir. Beaucoup disent que je n'ai pas de moral. Oui, je suis prêt à trahir ceux que je considère comme mes amis, c'est vrai; mais tout ce que je fais, je ne le fait que pour me distraire. Pas pour l'argent, l'amour, la gloire, ou qu'en sais-je. D'ailleurs, je haïs entre autres ces trois valeurs, et je méprise ceux qui en sont esclaves. Je suis mon propre boss, et je me considère malgré tout comme ayant une morale. Elle est simplement différente de l'idée que vous vous faites de ce mot. Bref, je suis bien placé pour savoir qu'il ne faut pas faire confiance aux autres. Mais cela ne m'empêche pas de rechercher de la compagnie, au contraire. Quelque part, nouer un lien avec quelqu'un, c'est prendre des risques, et j'adore ça. Je n'aurais jamais supporté une existence faite d'une ennuyeuse routine qui recommence chaque jour, encore et encore. J'ai besoin d'être surpris pour vivre; je ne peux pas m’empêcher de rechercher voir de créer des situations délicieusement tordues et délicates. C'est surement pour cela qu'on me traite souvent de stupide; certes, mes actions le sont, mais ce n'est pas mon cas, au contraire. Vous n'imaginez pas combien il faut réfléchir pour se mettre dans le pétrin dans les moments les plus calmes! Oui, je suppose que quelque part, quelque chose ne tourne pas très rond pour moi. Certain diront que je suis fou, et que je risque la mort pour rien. Il y a surement une part de vrai la-dedans. C'est comme ça, je n'y peux rien. Mais même si je ne cherchais pas continuellement un peu d'action, cette dernière viendrait à moi: je ne supporte pas de devoir respecter une quelconque loi. Pour moi, les règles sont faites pour être brisées. Je n'ai pas spécialement envie de commander les autres, mais je déteste qu'on me dirige, qu'on me dise ce que je dois faire. Je suis libre. D'ailleurs, petit, je rêvais de pouvoir m'envoler, d'aller ou je voulais, quand je le désirais. Puis j'ai découvert la navigation; et peu à peu, ma passion pour l'eau a pris le dessus sur celle de l'air. Je me suis peu à peu immiscé dans les histoires et les secrets de l'océan, me faisant tantôt passer pour un pirate, tantôt pour un marine pour obtenir ce que je voulais, réussissant l'exploit de ne pas me faire remarquer. Disons que si j’arrête un instant de faire l'idiot, je peux être extrêmement discret. Pas forcément invisible, mais je deviens Mr. Tout-le-monde, le genre de type qu'on ne remarque pas, ce qui, vu ma tare physique pas très commune, est une sorte d'exploit. De toute façon, je n'ai pas vraiment d'identité propre. Je ne connais pas mon nom, et je ne donne que très rarement mon prénom. Je change souvent de caractère, selon le rôle que je joue, même si j'essaye de rester autant que je peux "naturel". Je n'ai pas non plus envie de devenir un pantin vide de vraies sensations...

.:Passé:.

  • Son histoire:
    Je n'ai pas de famille.
    Aussi loin que je m'en souvienne, ma vie a toujours débuté dans un orphelinat sur une quelconque île de West Blue. Peut-être ai-je été abandonné, peut-être pas. Mais c'est plus que probable. J'ai du mal à comprendre les motivations de celle qui m'a laissé, un jour, devant la porte d'une vieille femme hargneuse. J'ai souvent pensé qu'elle avait eut peur de mon apparence, de mes yeux rouges. Cym, la jeune femme qui aidait son horrible tante à s'occuper des orphelins m'a un jour offert une fleur. Rouge comme mes iris, elle ne ressemblait à aucune espèce de ma connaissance; je pouvais parfois passer des heures à la contempler, comme si elle cachait un message que je devait découvrir. La vieillesse ne semblait pas avoir d'effets sur elle. Cym m'a affirmé que c'était le seul héritage de ma mère. Mais je crois plutôt qu'elle avait eut pitié de moi, et qu'avec ce cadeau, elle avait voulu me débarrasser de mes idées noires. Ma mère n'a sans doute jamais voulu de moi. Toujours est-il que je ne me suis plus jamais déplacé sans cette fleur. Cym est celle qui m'a élevé: pour moi, c'est elle ma mère.
    Un matin, je me suis réveillé, et j'étais seul dans le grand dortoir silencieux de la bâtisse. Les rayons du soleil s’immisçaient dans la pièce. J'ai trouvé ça plus qu'étrange. Depuis que je vivais ici, c'est à dire depuis ma naissance, jamais la vieille ne nous avait laissé endormis après que le soleil se soit levé. Comme dans un rêve, je me suis levé, et je suis entré dans la pièce principale. Mes compagnons de jeux hurlaient leur délivrance; certains, moins nombreux, semblaient pleurer, recroquevillés dans leur coin. La plupart avaient disparu. D'un pas traînant, je me suis dirigé vers la pièce où pionçait habituellement la vieille. La porte était ouverte; apparemment, les autres avaient eut la même idée que moi. Je la poussais d'un vague geste de la main, et pénétrait dans la chambre. La vieille gisait par terre, baignant dans une large flaque rougeâtre. A mes pieds trônait un parchemin, dont l'unique symbole qui le recouvrait était une main noire.
    Nous étions libres.

    Cet évènement mémorable marqua le début d'un semblant d'anarchie au sein de l'orphelinat. Cym ne revint jamais, elle avait surement pris peur. Beaucoup d'enfants étaient partis le jour même. Les autres avaient décidé de rester à l'orphelinat, gardant le secret de la mort de cette mégère. J'étais de ceux-là. On a réussi a continuer notre vie a peu près normalement pendant quelques mois; mais les vols de plus en plus fréquent ont fini par se faire remarquer. Des gens de la ville sont venus voir ce qu'il se passait à l'orphelinat, et notre secret a été percé. Chacun a fuit de son coté; a vrai dire, peu d'entre nous étions vraiment amis. Nous avions été liés par un secret; maintenant, aucun sentiment n'existait entre nous. Je ne devais pas avoir plus de douze ans. C'est a peu près à cette époque que je conquis le monde: étant désœuvré, c'était plus un jeu contre l'ennui qu'autre chose, mais je me mis malgré tout en tête d'explorer mon nouveau territoire. Je n'avais jamais quitté l'île de l'orphelinat. Dès que j'en eut l'occasion, je... j'empruntai, disons, un semblant de barque qui prenait l'eau. C'était presque un cadeau à son propriétaire, il allait avoir l'occasion de s'en racheter une. Bref. Je mis le cap sur une île des environs. Après de longues minutes d'efforts à user mes maigres bras sur les rames, à tenter de vider la flotte qui s'infiltrait dans la carcasse de bois, puis finalement à rejoindre la terre à la nage. Épuisé, je me trainai quelques mètres sur la plage avant de glisser dans le monde des ombres.

    Mon dos frotta une surface rugueuse. Je gémis, émettant un semblant de protestation, et tentai de pénétrer à nouveau le monde des rêves. Je cru y parvenir lorsque le mouvement se répéta. Je gardais les yeux fermés quelques instants encore, alors que les saccades se répétaient. Le sommeil finit par m'abandonner totalement. Les yeux mi-clos, je contemple le ciel que les nuages s'annonçant rendent grisâtres. Les frottements finissent enfin par cesser.
    -Hey, mais t'es réveillé en fait, flemmard! Bouge toi, j'ai pas que ça à faire.
    Un faible croassement vient renchérir les paroles, et un coup de pied bien placé me sortit totalement des vapes.
    Ou presque, comme en témoigne ma médiocre articulation de la suite de son sensés formés la phrase "Que se passe-t-il?"
    Je me redressai péniblement. Un inconnu se tenait devant, poings sur les hanches, m'observant sévèrement. D'après le son de sa voix, j'aurais pensé à une fille; d'ailleurs, malgré ses efforts, quelques longues mèches dépassait du bout de tissu sensé camoufler ses cheveux. Un oisillon tenait tant bien que mal sur son épaule et me regardait d'un air méfiant.
    La fille finit par perdre son air austère et sourit. Elle me tendit la main pour que je me relève, aide que je saisis après un instant de flottement.
    -C'est quoi, ton nom?
    Je le lui révélai, puis demandai le sien. Elle pris son inspiration pour répondre, mais s'interrompit, semblant hésiter. Elle jeta un coup d’œil au volatile juché près de son cou.
    -...Azunay.
    J'eus un léger sourire. Elle mentait, ça se voyait comme un nain ivre dans une cathédrale, et je lui en fit la remarque. Elle soupira et leva les yeux au ciel.
    -Rocket.
    J'observai son air suspect; elle me rendit mon regard. Apparemment, elle savait que je savais qu'elle savait que je savais que Rocket n'était pas non plus son vrai nom. Mais bon, j'allais devoir m'en contenter.

    Rocket était arrivée sur l'île il y a quelques mois. Comme moi, elle n'avait pas vraiment de famille, et avait voulu changer un peu d'air. Elle s'était installée en retrait de la ville principale, et y allait s’approvisionner chaque jour. Gratuitement, bien entendu.
    J'avais déjà un coup de main pas trop mauvais pour ce qui était de chopper des trucs sur les étals, et ça devint rapidement une seconde nature. Nous partagions notre temps entre faire courir les Marines dans les sombres ruelles de la ville et dresser l'aigle de Rocket. Enfin, elle passait aussi beaucoup de temps à regarde les larges navires de guerres et autres caravelles qui se suivaient dans le port. Un jour, elle m'avoua qu'elle rêvait de devenir pirate, et de trouver le One Piece. Elle sembla horrifiée lorsque je répondit que je n'avais pas la moindre idée de ce qu'était le One Piece, et j'ai cru qu'elle allait me tuer alors que j'émis mon point de vue selon lequel les pirates étaient les méchants et les marines les gentils. J'eus alors droit à un loooong discours parlant de la façon dont étaient martyrisés les pirates, alors qu'ils sont pourtant des éléments ultra-important de notre monde, qu'ils ont toujours existé, blah blah blah. Je dus ensuite supporter le résumé, puis l'histoire complète, puis le compte-rendu de la narratrice de l’exécution de Gold Roger, à laquelle, étant plus âgée que moi, avait assisté Rocket. Même si mon avis différait quelque peu, je choisis de garder le silence, sinon j'étais reparti pour deux heures de supplice et d'arguments qui, absurdes ou pas, ne pouvaient pas être contrés ("Cherche pas, t'as tord!").

    Et, suite à cette discussion, elle m'entraina peu à peu sur les chemins de son vice. Étant donné les gens étranges qui vivent sur ce forum, je me tiens pour obligé de préciser le genre de vice dont il s'agit. Rocket s'était mis en tête d’intégrer un équipage pirate et passait donc désormais la majeur partie de son temps entre assister les groupes de cette catégorie qui faisaient halte sur l'île et me convaincre de les aider à les aider. Un jour, enfin, je finis par accepter de lui prêter main-forte dans sa lourde tache inutile. Elle me regarda sérieusement, semblant devenir quelqu'un d'autre, et me lança d'un ton grave que je ne lui connaissait pas:
    -Tu es sûr? Ce que nous allons faire est très, très, vraiment très dangereux. Si tu accepte, tu deviendra hors-la-loi. Et si tu nous trahi...
    Son sourire devint effrayant, du moins je suppose que c'est l'impression qu'elle voulu donner.
    -Nous te tuerons.
    J'aurais presque parié qu'elle terminerai par un magnifique rire démoniaque, mais non. Elle reprit une tête a peu près normale et croisa les bras.
    -Alors?
    J’eus un looong soupir avant de lui donner ma réponse. Bien sûr que non, je n'allais pas les trahir. Et puis, de qui parlait-elle quand elle disait "nous"? Avait-elle déjà rejoint la piraterie?
    Ignorant mes questions, elle laissa échapper un "Très bien!" et me fit signe de la suivre.

    Voila comment je me suis retrouvé, un soir de pleine lune, à prêter un étrange pseudo-serment avec Rocket. Le pacte consistait en gros à ne jamais s'abandonner, à veiller l'un sur l'autre, et donc, à ne pas se trahir. Après une longue déclaration solennelle - qui ressemblait plutôt à la lecture d'un décret de loi, mais bon-, elle présenta sa paume et me sourit. M'attendant à une poignée de main, je tendis la mienne, mais elle me tira vers elle, me plaqua contre le sol et m'entailla l'épaule, formant un symbole. Tandis que je me débattais plus ou moins violemment en protestant bruyamment, elle récupéra les gouttes de sang qui coulaient - oui, quand j'ai dit "entailla", c'était vraiment "entailla" - dans un objet bizarre pouvant être qualifié de récipient. Elle était vraiment folle, j'aurais du le comprendre il y a longtemps et m'en méfier, mais c'était maintenant trop tard: nous étions liés, et mon sens de l'honneur me dictait de respecter ce pacte. Et puis de toute façon, qu'elle ait un boulon en moins ou non, c'était certainement la seule personne sur qui je pouvais compter.

    Dès le lendemain, je me mis donc à côtoyer des pirates, et je constatai les difficultés de Rocket à réaliser son rêve. Contrairement à la marine, qui acceptait n'importe quel bras cassé, accéder aux rangs fermés de la piraterie nécessitait une certaine puissance, que ce soit par la maîtrise d'une arme ou l’acquisition d'un pouvoir. Il y avait bien quelques brigands qui se montraient intéressés par ses capacités, mais eux-même ne convenaient pas à la difficile Rocket. En même temps, c'était compréhensible. Même moi (et c'est dire) je n'aurais pas embarqué avec un vieux qui entame la conversation par "Avant, j'étais sur la route de Grand Line. Et puis j'ai pris une flèche dans le genou." La jeune fille restait donc à quai, rageant en regardant les navires prendre le large. Ce qui n'était pas pour me déplaire, car je dois reconnaitre que rester seul ne me tentait pas vraiment, et je plaçais cette possibilité le plus loin possible. Et pourtant... Malgré mes espoirs, j'avais souvent le sentiment que quelque chose allait changer. C'était imminent. Et pour une fois, mes intuitions furent correctes.

    Un matin, alors que je ramenais à notre cachette des ressources obtenues à la sueur de mon front (non, sérieusement, voler c'est pas si facile que ça), je découvris une scène qui pour moi se rapprochait beaucoup de l'apocalypse. Mon petit monde s'écroulait: le camp était en feu. J'hurlai le nom de Rocket et, lâchant ce que j'avais dans les mains, je me jetai dans les flammes. Acte stupide, d'autant plus que je savais déjà, au fond de moi, ce que j'allais découvrir. Cette imbécile était partie depuis longtemps. Passant outre notre stupide pacte, elle m'avait abandonné. A l'heure qu'il est, elle devait déjà être loin, à bord d'un lamentable galion rempli de crétins de son genre Elle m'avait laissé quelques objets, comme je pu le constater une fois l'incendie passé. Quelques bibelots sensés nous rappeler le serment, ainsi que notre maigre réserve de Berry. Et son aigle, lui aussi abandonné, qui planait au-dessus de la foret carbonisée, émettant de ridicules croassements. De rage, je jetai tout cela à l'eau, même si le volatile refusa d'y entrer et persistai à me suivre partout où j'allais. Je ne voulais plus rien voir qui puisse me rappeler cette horrible fille, mais après tout, il était seul. Comme moi.

    A nous deux, nous reprîmes donc nos activités plus ou moins illégales. Le temps que je passais à éduquer Azunay -c'est le nom que je lui ai donné- semblait porter ses fruits, dans les deux sens du terme: il se révéla être un expert pour soutirer de quoi manger aux marchands insouciants (et ça rime). Les mois passèrent; j'avais exploré l'île dans ses moindres recoins, et je commençai à m'ennuyer sérieusement. Je repensai à Rocket. Comme elle, je me sentais désormais de plus en plus attiré par l'océan. Comme j'étais un homme, un vrai (no comment svp), je choisis cependant un autre moyen de transport. Je n'avais envie d'aucune autre compagnie que celle de mon fidèle aigle; je bricolai donc une sorte de barque, et la transforma en bateau, certes minuscule, mais fonctionnel. C'est ainsi que, l’améliorant au fil de mes voyages, je naviguai pendant des années d'îles en îles, voir de mer en mer. Sans que je ne m'en rende compte, Rocket était devenu une sorte de modèle. Je lui avais pris sa façon d'agir; par exemple, c'était son comportement qui m'avait inspiré ma manière de ne jamais vraiment me lier aux gens. C'est pourquoi, lorsque je vis un jour au milieu d'affiche présentant les primes des pirates recherchés une tête qui ressemblait à s'y méprendre à celle de Rocket, une foule de souvenirs remonta en moi. J'aurais aimé la revoir, lui parler du bon vieux temps. J'étais même pret à supporter l'histoire du One piece.

    Et comme certains le savent, il n'y a pas un million de possibilités pour retrouver un pirate dont la tête est mise à prix (même si la-dite prime n'était pas très élevée). D'ailleurs, d'après moi, il n'y en a que deux. La première, c'est être soi-même un pirate. Je n’appréciais pas trop cette option; trop engagée, trop lente, trop difficile. La seconde était de rejoindre la Marine. N'ayant depuis quelques jours aucun objectif précis en tête, je m’engageai donc sous les ordres du Gouvernement. Et je découvris qu'en réalité, faire parti de la Marine n'était pas, mais alors pas du tout une option pour retrouver un individu, peu importe sa catégorie. Adieu, belle sensation de liberté. Maintenant, c'était cap sur Grand Line, les journées occupées à astiquer du bois dont la saleté semblait être sa couleur naturelle. Non, vraiment, je n'avais pas la patience pour être un bon Marine. Ou alors, un haut gradé, mais me connaissant, ca ne serait jamais assez haut. Bref. Je réussis quand même à tenir quelques semaines. Un exploit. Mais bon, il ne faut quand même pas abuser, hein. Malheureusement, mon avis différait fortement de celui de mon capitaine. Je fut donc contraint de deserter. J'attendis qu'on s'approche assez proche d'une île pour que je puisse la rejoindre à la nage et, ni une ni deux, je sautai à l'eau. Rien n'aurai pu me préparer à ce qui m'arriva alors. Je coulai. J'étais incapable d'aligner deux mouvements de bras, alors que ça me paraissait tout simple quand je n'étais qu'un gosse. J'avalai de l'eau, je me mis à suffoquer... Noir.

    Non, je ne suis pas mort. Pas encore, du moins. Je ne sais comment, mais je finis par échouer sur la plage. Ainsi se déroula ma glorieuse arrivée sur Grand Line; car oui, c'est dans ces eaux-là que je me trouvai. La Marine ne vint jamais chercher des comptes au petit déserteur que j'étais. j'ai d'abord cru qu'elle avait d'autres chats à fouetter; puis j'ai appris que mon capitaine avait cherché à se révolter contre le gouvernement. Il avait été capturé et dégradé, de même que tout ceux qui se trouvaient sur son bateau. Comme ce n'était pas mon cas, je fait officiellement toujours parti de la Marine, ce qui me permet de m’infiltrer au besoin où je veux. Bref. J'ai préféré à l'idée de rechercher Rocket (j'ignore d'ailleurs si elle se trouve elle aussi sur Grand Line) celle d'explorer les îles et les eaux où je me trouve; après tout, le monde m'appartient, et cette portion fait donc parti de mon territoire.
    Quand à la suite... Elle est encore à écrire, hu.




Varadia


Âge: Bwaaaah
Pays: Narnia
Présence sur le forum : Quand je peux, c'est à dire pas forcément souvent :/
Code du règlement : Nami est passée /o, si je ne m'abuse
Mot de la fin: Rien :3
Où as-tu trouvé ce forum: Me souviens plus trop :O Un jour j'ai cliqué sur un lien, et voila.

Codage © Flyremoon



Dernière édition par Zaramoth le Jeu 5 Juil - 10:06, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yashi Nami
Navigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar


Messages : 107
Berrys : 215
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 21
Localisation : Sur le Vogue Merry ♪

Carte d'identité
Prime: 16.000.000
Équipage: Mugiwara

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Mar 1 Mai - 10:09

    Je te dis à nouveau Bienvenue ~ J'ai validé le code, je te souhaites bonne chance pour la suite de ta fiche et je te dis maintenant, car c'est mieux, il te faudra un avatar pour être validé totalement ^^ Voilà; Courage /o

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Ma fiche - Mon Journal - Merci Reika ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roronoa Zoro
Fonda - Bretteur des Mugiwara

Fonda - Bretteur des Mugiwara
avatar


Actualité :

-Why you?! ~ Sanji.
-Tout peut arriver en mer. ~ Nami & Luffy.
-Débarquement. ~ Mugiwara's.

Messages : 293
Berrys : 304
Date d'inscription : 24/09/2011
Age : 20
Localisation : Sur le Vogue Merry.

Carte d'identité
Prime: /
Équipage: Chapeau de Paille.

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Mar 1 Mai - 11:22

    Varadia... Forum loup? C'est toi? *O* -si pas je me plante en beauté mais c'pas grave-

    *veut en être sûre.* Sinon oui bienvenue donc et bonne chance pour ta fiche~

    Par contre comme dit le règlement, il te faudrait un nom de famille O:

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Spoiler:
 


┏━━━┳━┓╋┏┳━━━┓┏━━━┳━━┳━━━┳━━━┳­­­━━━┓
┃┏━┓┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━┓┣┫┣┫┏━━┫┏━┓┃­­­┏━━┛
┃┃╋┃┃┏┓┗┛┃┗━━┓┃┗━┛┃┃┃┃┗━━┫┃╋┗┫­­­┗━━┓
┃┃╋┃┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━━┛┃┃┃┏━━┫┃╋┏┫­­­┏━━┛
┃┗━┛┃┃╋┃┃┃┗━━┓┃┃╋╋┏┫┣┫┗━━┫┗━┛┃­­­┗━━┓
┗━━━┻┛╋┗━┻━━━┛┗┛╋╋┗━━┻━━━┻━━━┻­­­━━━┛

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://universite-aoika.forumgratuit.be/
Ohara Zaramoth

avatar


Messages : 20
Berrys : 23
Date d'inscription : 19/10/2011

Carte d'identité
Prime:
Équipage:

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Mer 2 Mai - 9:19

Oui, je m'étais pas encore occupé des images :3
Zoro=> Vui c'est moi x3 Pour le nom de famille, j'y réfléchirais après avoir poussé un peu plus mon histoire x') [J'y travaille]

Merci vous deux o/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

NANANANANANANA EAT PLASTIC SURGERY
(╯°□°)╯︵ ┻━┻
>>
Merci Marck ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monkey D. Luffy
Capitaine de l'équipage au Chapeau de Paille
Capitaine de l'équipage au Chapeau de Paille
avatar


Actualité :

Deux frères • Ace
Are you a super hero? • Marck
Messages : 73
Berrys : 74
Date d'inscription : 13/12/2011
Age : 18
Localisation : Sur le Vogue Merry ~

Carte d'identité
Prime: 300 000 000 ฿
Équipage: Mugiwaras.

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Mer 2 Mai - 9:26

... <_>
Luna? *-*

Le flood c'est le mal.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

» Mugiwara boy ♕
I will become the Pirate King.



Spoiler:
 



Just read.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yashi Nami
Navigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar


Messages : 107
Berrys : 215
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 21
Localisation : Sur le Vogue Merry ♪

Carte d'identité
Prime: 16.000.000
Équipage: Mugiwara

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Mar 15 Mai - 21:36

    Je viens aux nouvelles, comment avance la fiche ?

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Ma fiche - Mon Journal - Merci Reika ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ohara Zaramoth

avatar


Messages : 20
Berrys : 23
Date d'inscription : 19/10/2011

Carte d'identité
Prime:
Équipage:

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Sam 19 Mai - 5:16

Lentement, mais surement o/ Il ne reste plus que l'histoire, que j'ai bien avancé depuis les derniers messages (enfin, d'ailleurs, il n'y avait pas encore d'histoire pour les derniers messages =w=), la majeur partie est écrite :3

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

NANANANANANANA EAT PLASTIC SURGERY
(╯°□°)╯︵ ┻━┻
>>
Merci Marck ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yashi Nami
Navigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar


Messages : 107
Berrys : 215
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 21
Localisation : Sur le Vogue Merry ♪

Carte d'identité
Prime: 16.000.000
Équipage: Mugiwara

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Jeu 14 Juin - 7:27

    Je viens Uper à nouveau, comment cela avance ?

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Ma fiche - Mon Journal - Merci Reika ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ohara Zaramoth

avatar


Messages : 20
Berrys : 23
Date d'inscription : 19/10/2011

Carte d'identité
Prime:
Équipage:

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Dim 1 Juil - 5:21

Oui oui, je finirais bien par la terminer un jour o/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

NANANANANANANA EAT PLASTIC SURGERY
(╯°□°)╯︵ ┻━┻
>>
Merci Marck ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monkey D. Luffy
Capitaine de l'équipage au Chapeau de Paille
Capitaine de l'équipage au Chapeau de Paille
avatar


Actualité :

Deux frères • Ace
Are you a super hero? • Marck
Messages : 73
Berrys : 74
Date d'inscription : 13/12/2011
Age : 18
Localisation : Sur le Vogue Merry ~

Carte d'identité
Prime: 300 000 000 ฿
Équipage: Mugiwaras.

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Jeu 5 Juil - 10:16

Tu as réussi Zaramoth. TU AS RÉUSSI. Validé.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

» Mugiwara boy ♕
I will become the Pirate King.



Spoiler:
 



Just read.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yashi Nami
Navigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar


Messages : 107
Berrys : 215
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 21
Localisation : Sur le Vogue Merry ♪

Carte d'identité
Prime: 16.000.000
Équipage: Mugiwara

MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   Jeu 5 Juil - 21:19

    Je déplace, verrouille et donne de la couleur à ce monde terne ;)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Ma fiche - Mon Journal - Merci Reika ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zaramoth, ou le fou au corbeau   

Revenir en haut Aller en bas
 

Zaramoth, ou le fou au corbeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]
» Nalim, Le Corbeau d'Umbar
» The Crow, Le corbeau et la mythologie
» Arkawel Le Corbeau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sea World :: Port du commencement :: Présentations :: Validés-