Nous nous reverrons en mer...
 

Partagez | 
 

 Je n'aurais peur qu'un instant - Sharon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Je n'aurais peur qu'un instant - Sharon   Dim 11 Mar - 9:08

Tout était calme...

Cela fait aujourd'hui deux ans que je navigue seule sur Grand Line avec mon bateau que j'ai construit de mes propres mains. Deux longues années sont passées depuis qu'il a disparu... Dans un soupire, je repoussai la chaise sur laquelle j'étais assise en appuyant ma main sur le bureau qui se présentait devant moi. J'étais dans ma cabine depuis un bon moment, assise devant une feuille blanche où je voulais dessiné les plans d'un bateau, seulement l'inspiration me manquait ces temps-ci. Fixant un long moment la feuille vierge, je glissai ma main sous celle-ci pour ensuite l’agripper, la mettant rapidement en boule en pressant le papier entre mes doigts. Certains diraient que c'est du gâchis, mais pour moi c'était tout naturel, car cette feuille blanche montrait que je n'avais rien trouvé, et ça, ça m’exaspérait. D'un geste de bras, je lançai la boule de papier dans la corbeille qui se trouvait dans un coin de la pièce, m'avançant vers mon armoire pour ensuite l'ouvrir, plongeant ma tête à l'intérieur. Il y avait là dedans tout mes vêtements, et sincèrement, je trouvais que j'étais en manque de choix... Je n'avais que vingts-sept tenues -car oui je les ai compté-, ça doit faire une éternité que je n'ai pas fait un peu de shopping... Environs deux semaines. Dans un soupire de déception, j'attrapai un t-shirt dénué de manches rayé horizontalement d'un blanc immaculé et d'un vert pomme ainsi qu'un short en jean blanc que je jetai sur mon lit pour ensuite m'emparer d'une chaîne où était accroché une petite aile de métal que je plaçai autour de mon cou ainsi qu'une bague verte que j'enfilai à mon doigts. Après m'être habillé des vêtements que j'avais mis sur mon lit, je me chaussai de bottines à talons faites de cuir blanc et m'attachai les cheveux en un chignon, laissant mes deux longues mèches pendre aux côtés de mon visage. A présent vous croyez que j'ai fini n'est-ce pas? Et bien non, je ne me prépare pas en si peu de temps. J'attrapai alors ma clef anglaise que je glissai dans mon soutient gorge -question de sécurité- et pris ma ceinture que j'attachai à ma cuisse droite pour y glisser mon pistolet en plastique -qui, franchement, est semblable à un vrai, j'en suis très fière-. Une fois prête, je m’avançai vers la porte de ma cabine, posant ma main sur la poignée avant de me regarder dans le miroir qui se trouvait contre le mur. Franchement... J'étais à tomber. Posant fièrement mes mains sur mes hanches, je me tournai vers le miroir pour m'admirer quelques minutes. Si je croisais des pirates, j'aurais toutes mes chances, ils n'oseraient même pas se mettre en travers de mon chemin... M'emparant d'une sucette qui trainait sur mon bureau, j'en retirai le papier pour ensuite la fourrer dans ma bouche. C'était une sucette à la cerise... J'adore ces trucs. Passant ma langue sur la boule sucrée, j'agrippai le bâtonnet blanc qui dépassait de mes lèvres avant de tourner la poignée pour enfin repousser la porte, m’avançant vers l'extérieur.

Une fois dehors, je retirai la sucette de ma bouche pour prendre une grosse bouffée d'air, la recrachant alors que je levais mes bras vers le ciel pour m'étirer, un sourire aux lèvres. C'était agréable de sortir un peu après tout ce temps passé dans ma cabine... Après quelques secondes passées, je rebaissai mes bras pour ensuite me diriger vers la rambarde, appuyant ma main gauche sur celle-ci en ouvrant ma bouche pour placer la boule de sucre sur ma langue, refermant ensuite ma bouche sur le bâtonnet du bonbon. Je fixais mon Log Pose qui était à mon poignet droit, le vent soufflant sur mes mèches qui s'agitaient devant mon visage. Dans un grommellement, je repoussai les cheveux blonds qui cachaient ma vue tandis que je mâchouillais ma sucette avant de voir l'aiguille de mon Log Pose pointait la prochaine île. J'étais dans la bonne direction, tout allait bien, de plus la mer était drôlement calme aujourd'hui... Mais il ne faut pas s'y fier, la mer de Grand Line est imprévisible. Glissant une de mes mèches derrière mon oreille, je poussai un long soupire d'ennui avant de sentir la boule au goût de cerise glisser le long de ma langue. Écarquillant légèrement les yeux, je refermai aussitôt ma bouche pour y emprisonner la partie de la sucette qui m'intéresser. Je m'ennuyais... Vraiment beaucoup. Cela faisait bien deux semaines que je n'avais pas parler à quelqu'un, ni même fait du shopping, bien que les autres ne m'intéressent pas réellement... Mais le shopping si, les vêtements sont un besoin vital chez moi. Et quand je vois les autres venir chaque jour avec les même habits... Je trouve ça monotone mais sale en plus. A moins qu'ils aient leur tenue en plusieurs exemplaires, ce qui est complètement absurdes... Enfin, quoi qu'il en soit je m'ennuyais. Dans un silence plus que pesant, je posai mes coudes sur la rambardes pour appuyer mon menton sur les paumes de mes mains, fixant l'horizon, les yeux mi-clos. Cela devait bien être la première fois que je souhaitais que la mer s'agite histoire de m'amuser un peu... Enfin, amuser, ça dépend si je suis sûre de mourir ou non. 

Alors que je passais ma langue sur la chose sucrée, j’aperçus au loin une île, ce qui bien sûr me fit me redresser, sourire aux lèvres, grimpant sur la rambarde pour me lever sur celle-ci. Cette île m'était inconnue... Il y avait deux énormes grottes, plus grandes encore que les quelques volcans qui y étaient. Des volcans... Alors... Pas de ville? Pas de magasins?! Je poussai un long soupire pour exprimer ma déception avant de redescendre de la rambarde, posant seulement ma main droite sur celle-ci pour ensuite regarder mon bateau. Je pourrais en profiter pour l'améliorer... Et puis, il pourrait toujours y avoir de quoi manger sur cette île. Ainsi, je me précipitai à l'intérieur pour saisir la barre qui était au centre de la pièce, posant un instant mon regard vers le Log Pose qui se trouvait à mon poignet. Le bateau avait légèrement dérivé, il me suffisait de le remettre dans la bonne direction. Une fois que je sus comment me diriger vers l'île, je poussai la barre ce qui fit changer le bateau de direction, me dirigeant à présent vers l'île préhistorique. Glissant une de mes deux longues mèches derrière mon oreille, j'affichai un sourire triomphant avant de me diriger vers ma bibliothèque -et oui je ne suis pas parti de mon île sans rien-, passant mon index sur les différents livres qui s'y trouvaient avant de l'arrêter sur l'un d'eux, l'agrippant alors pour ensuite le dégager des deux livres qui se trouvaient à ses côtés. Je l'ouvris ensuite, tournant les pages avant de m'arrêter sur l'une d'elles. C'était là un livre qui m'expliquait quelle était réellement cette île sur laquelle j'allais m'arrêter. Elle se nommait Little Garden... Petit jardin? Fronçant légèrement les sourcils, je lu sa description, écarquillant les yeux au fur et à mesure de ma lecture. Ce bouquin venait de m'apprendre que c'était une île préhistorique où vivent des dinosaures. Comment j'ai pu ignorer son existence?! Lâchant mon livre sur le sol, je ressortit de la cabine et remarquai que j'étais proche de l'île. Bon... Tant pis, j'y vais. Dans un soupire j'entrai à nouveau dans ma cabine, m'emparant d'un sac à dos blanc où je mis mes outils -sauf ma clef anglaise que je laissai dans mon soutien-gorge-, le livre que j'avais lu précédemment, un sandwich, une bouteille d'eau et des lunettes de soleil. J'enfilai les bretelles du sac pour les positionner sur mes épaules tandis que j'ouvrais la porte pour ressortir. L'île était à environs dix mètres, ce qui voulait dire que je devais replier les voiles, ce que je fis plutôt rapidement avant de jeter l'ancre, mon bateau étant à présent au bord de l'île. Je m'approchai lentement de la rambarde pour regarder les grands arbres qui se présentaient à moi, c'était là un parfait silence qui venait de s'installer. Reculant d'un pas, je pris mon élan avant de sauter sur la rambarde pour me projeter sur l'île. 

Une fois pied à terre -car oui je suis retombée sur mes pieds- j'observai l'île de mes grands et beaux yeux bleus. Pour l'instant je ne voyais aucun dinosaure... Peut-être que ce bouquin m'avait refilé de mauvaises informations. Fronçant légèrement les sourcils, je m’avançai pour m'enfoncer dans la jungle en silence, ne craignant à présent plus cette île. Après tout, elle était complètement déserte, ça crevait les... Une tête. Une tête venait de sortir du feuillage des arbres dont une partie se trouvait dans sa gueule. Ce n'était pas humain ça... Non pas du tout, il avait même un cou de je ne sais combien de mètres. Restant perplexe un long moment, je ne compris qu'après mûr réflexion que c'était un dinosaure qui venait d'apparaître devant mes yeux. Paniquée, je reculai d'un pas tandis que ma bouche s'ouvrait petit à petit, démontrant ma stupéfaction. Alors dans un élan de panique, je me mis à hurler ces paroles.

« Qu'est-ce que c'est que ça?! Y en a qu'un de dinosaure?! Oh mon Dieu, un deuxième! Il vient vers moi! NON, RESTES OU TU ES! »

Et avant même que la bête ne remarque que je m'adressais à elle, je détalai en poussant des hurlements. Les feuilles des arbres me fouettant sur mon passage à cause de ma vitesse, je tentais de les repousser sans même ralentir. J'avais beau être quelqu'un de courageux... Qui n'aurait pas peur en voyant ces bestioles? Des suicidaires? Des masochistes? Sûrement. Quoi qu'il en soit je courrais à en perdre haleine, ne faisant même pas attention à la douleur qui se faisait de plus en plus forte au niveau de mes mollets. Ce ne fut que lorsque je ne sentais plus mes jambes que je m'arrêtai, appuyant mes mains sur mes genoux, penchée en avant. Reprenant ma respiration, je pus voir les nombreuses griffures qui étaient dessinées sur mes jambes. Mes belles et longues jambes dont j'étais si fière... Massacrées. Dans un soupire, je me redressai pour appuyer mes mains sur mes hanches, regardant aux alentours. Pas de dinosaures, c'est déjà ça. Dans un nouveau soupire, je passai ma main droite dans mes cheveux blonds avant d'entendre mon ventre gargouiller. J'avais faim. Retirant les bretelles de mon sac à dos de mes épaules, je le laissai tomber par terre pour ensuite m'assoir à ses côtés, l'ouvrant comme si les dinosaures n'existaient plus. Je m'emparai alors de mon sandwich où se trouva bientôt une marque de morsure, un bout ayant disparu. Jamais je n'avais eu aussi faim... En quelques minutes, je ne pouvais mordre plus que le vide, ce qui m'arracha un nouveau soupire, râlant légèrement de mon manque de nourriture. Dirigeant mon regard vers mon sac, je plongeai à nouveau ma main dedans pour en sortir ma bouteille d'eau ainsi que mon livre que j'ouvris à la bonne page, le plaçant devant moi avant de dévisser le bouchon de ma bouteille d'eau, posant l'ouverture sur mes lèvres avant de prendre quelques gorgées, la reposant une fois ma soif calmée. M'allongeant sur le ventre, je posai mes coudes sur le sol pour ensuite appuyer ma tête sur les paumes de mes mains, fixant le livre que je me remis à lire sans prêter attention au reste, en ayant presque oublié les dinosaures qui se balader sur l'île.
Revenir en haut Aller en bas
 

Je n'aurais peur qu'un instant - Sharon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Qu'est-ce qui vous fait si peur dans le Hierophant?
» Les tunnels/grotte/passage souterrain et la peur
» Wyclef, la peur et les élites, la gauche du populisme
» J'aurais cru que...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sea World :: Divers :: Archives-