Nous nous reverrons en mer...
 

Partagez | 
 

 Feelings shared - Yaoi ZoSan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roronoa Zoro
Fonda - Bretteur des Mugiwara

Fonda - Bretteur des Mugiwara
avatar


Actualité :

-Why you?! ~ Sanji.
-Tout peut arriver en mer. ~ Nami & Luffy.
-Débarquement. ~ Mugiwara's.

Messages : 293
Berrys : 304
Date d'inscription : 24/09/2011
Age : 21
Localisation : Sur le Vogue Merry.

Carte d'identité
Prime: /
Équipage: Chapeau de Paille.

MessageSujet: Feelings shared - Yaoi ZoSan.   Mar 10 Avr - 4:55


Chapitre 1.
Quel est ce comportement?


    La mer était calme, même trop calme. On pouvaient remarquer un bateau voguer sur les flots, au beau milieu de l’océan alors qu’aucune île ne se pointait. Au mât flottait un noir pavillon sur lequel se trouvait un crâne sertit d’un chapeau de paille… Vous l’aurez tous deviné, c’était l’équipage de Luffy au chapeau de paille, difficile de ne pas le reconnaitre. Sur le pont recouvert d’herbe douce se trouvait le médecin de bord, assit sur la balançoire en regardant le ciel. À côté de lui, l’épéiste soulevait des poids comme à son habitude, son torse était nu et on pouvaient y remarquer quelques gouttes de sueur qui perlaient sur celui-ci, de même que sur son front. La navigatrice aux cheveux roux était, elle, auprès de ses mandariniers adorés, récoltant quelques uns de ces fruits si délicieux et important pour elle. L’archéologue lisait paisiblement dans sa bibliothèque, tentant de récolter de nouvelles informations. Le tireur d’élite se trouvait avec le charpentier et tous deux bricolaient des choses complètement insolites, comme à leurs habitudes. On pouvaient entendre chanter près du grand aquarium, le musicien assit sur un canapé en faisant frotter ses cordes de violon. Un doux parfum se dégageait de la cuisine, là où se trouvait bien évidement le cuistot qui préparait les vingtaines de plats, prenant de l’avance en sachant pertinemment qu’il devrait les sortir bientôt. Tout le monde était à leurs occupations habituelles ou presque. Le capitaine lui, se trouvait sur la proue, un grand sourire aux lèvres et la main sur son chapeau. Ce dernier fini par se relever et accrocher ses mains aux barrières, visant bien la porte de la cuisine -sachant que celle-ci était fermée à clé-. Sourcils froncés, sourire en coin et paré, Luffy se propulsa dans la porte de la cuisine qui explosa et fit sursauter le blond au sourcil roulé. Le garçon élastique frotta sa tête et ramassa son chapeau qui était tombé au sol pour le remettre sur sa tête et tirer sur la porte du frigo qui, à son plus grand désespoir, était fermée elle aussi à clé.

    « - LUFFY! Espèce d’imbécile tu peux pas plutôt frapper à la porte au lieu de tout défoncer?! »

    Et même sans le voir venir, un coup de pied alla se fracasser sur le crâne du capitaine, un gémissement sortant d’entre ses lèvres.

    « - Itaaii… Sanjiiii! J’ai faaaiiim!

    - Espèce d’estomac sur pattes! J’prépare à manger là, tu attendras sagement le repas comme tout le monde! Et lâche ce frigo! »

    Luffy plissa les yeux et croisa les bras pour ensuite fermer sa bouche, gonflant les joues. Ce dernier commença à devenir un peu bleu, se crispant. Sanji arqua un sourcil et se frappa ensuite le front, soupirant de lassitude.

    « - Retient ta respiration autant que tu veux, ça ne changera rien. »

    Pendant que le chapeau de paille se retenait, une odeur de transpiration parvint aux narines du cook, celui-ci faisant une grimace en se retournant. Comme il l’avait deviné, Zoro venait de rentrer à son aise, fouillant dans les armoires pour chercher une bouteille de rhum. Une simple serviette blanche se trouvait sur ses épaules et il venait tout juste de finir son entrainement, ce qui voulait dire qu’il ne s’était pas lavé.

    « - Oi Marimo, tu pourrais frapper avant d’entrer!

    - Y a plus de porte, Luffy vient de l’exploser.

    - C’est pas une raison! On entre pas comme ça dans ma cuisine!

    - Calme toi sourcil vrillé, tu veux que j’m’énerve ou quoi?!

    - Oh j’ai peur, la grande algue va s’énerver!

    - T’as dis quoi là?!

    - T’as très bien entendu! »

    Pendant que le blond et le verdâtre s’entre-tuaient avec des paroles, Luffy était toujours, lui en arrière plan en retenant son souffle, les débris de la porte un peu partout. Un spectacle absolument magnifique je dois dire. Nami arriva en tapant des talons, une veine apparente sur sa tempe droite. Les poings serrés et le regard noir, elle débarqua près des deux imbéciles en train de s’engueuler et cogna leurs têtes l’une contre l’autre, ce qui fit grogner les deux. Sanji d’abord énervé se retourna, mais se calma immédiatement en laissant place à un cœur rose à la place de son oeil et en ondulant, à croire que le choc l’avait à peine fait souffrir. L’algue ambulante lui, se releva doucement en grommelant des injures, frottant son crâne qui avait laissé une belle bosse. Le capitaine retenait toujours sa respiration, devenant entièrement bleu, les poings serrés et les yeux fermés, à croire qu’il allait exploser d’une minute à l’autre. Nami le regarda, perplexe et prit la parole, le pointant du doigt.

    « - Il fait quoi là, il se transforme en Schtroumpf? »

    Zoro se redressa, soupirant et repartit comme si de rien n’était. Décidément, ce cuistot l’énervait vraiment avec ses attitudes chevaleresque et ses cœurs qui débordaient de trop. Sans faire attention au bretteur qui venait de s’éclipser, Sanji expliqua amoureusement à la rousse que Luffy retenait sa respiration pour pouvoir manger plus rapidement, ce qui était complètement stupide.

    « - Ah je vois… » fit la navigatrice, pas pour le moins du monde, inquiète pour l’état de leur capitaine.

    À bout, le garçon élastique poussa un long soupire, reprenant de l’air en regardant ses nakama’s qui n’avaient pas l’air inquiets, ce qui l’énerva un petit peu. Boudant, bras le long du corps, Luffy sortit de a pièce, s’affalant sur la barrière qui se trouvait devant la porte, l’air flasque.

    « - J’ai faaaiiiiiiiim … » gémit-il.

    Nami prit alors une mandarine qui était dans son panier à l’entrée et la mit en face des yeux du capitaine, un filet de bave apparaissant sur le coin des lèvres de ce dernier.

    « - Merci! … Mais c’est pas de la viande….

    - Tu feras avec! Sois déjà heureux que tu ai ça pour caller ta f… Non en fait ça va rien caller du tout mais bon. Reste tranquille maintenant! »

    À peine la mandarine épluchée qu’elle fini dans le ventre de Luffy. Mais cela ne l’arrêta pour autant pas dans son élan de faim(si je vous jure, ça se dit). Sanji soupira et regarda les débris de bois au sol, reprenant sa cuisine. Cependant, il ne remarquait pas que de l’autre côté du bateau, l’épéiste le regardait travailler à travers le trou qu’avait laissé la porte, s’étant arrêté dans son trajet. Ce dernier remua la tête et se frotta les cheveux pour ensuite se diriger vers la salle de bain, plongé dans ses pensées. Une fois arrivé à destination, il ouvrit la porte et entra, déposant sa serviette sur le côté pour ensuite se faire couler un bain, fixant l’eau fluide de son regard émeraude. Lavé et propre, Zoro sortit de la baignoire et sembla chercher quelque chose, s’essuyant en même temps. L’imbécile avait oublié ses vêtements de rechange, ce qui laissa un grognement sortir de ses lèvres. Il enroula sa serviette de bain autour de sa taille et se dirigea vers sa chambre. Pendant ce temps là, Sanji était sortit de sa cuisine et s’était dirigé comme par pur hasard vers les chambres, voulant son nouveau paquet de cigarette vu qu’il était à court. Il ouvrit la porte du dortoir et y entra pour prendre sa ‘drogue’, ré-ouvrant ensuite la porte pour se percuter à quelque chose, quelque chose qui était l’épéiste.

    « - Q… Que … Qu’est-c’que tu fais là?! balbutia-il.

    - Je viens de me laver, ça se voit pas?

    - T… Tu pourrais t’habiller au moins!

    - Faudrait déjà que je prenne des vêtements! Bon, tu bouges? J’ai pas toute la journée. »

    Rouge pivoine, le blond se décala et laissa Zoro entrer, sortant et refermant la porte derrière lui. Il détala dans les couloirs et sortit pour prendre une bouffée d’air frais, les rougeurs n’étant pas parties de ses pommettes. Robin le croisa et l’interrogea, plutôt intriguée par son comportement.

    « - Ça va cook-san?

    - Oui très bien… »

    L’archéologue fut surprise de ne pas avoir reçu de compliment ou même de se retrouvée noyée dans des cœurs comme à son habitude. À peine put-elle ouvrir la bouche que le cuisinier des Mugiwara couru à l’arrière du navire, s’appuyant sur une parois d’un mur de bois pour s’y laisser glisser, tentant d’allumer une cigarette en vain, celui-ci tremblant de trop. Énervé, il lança sa cigarette à la mer et serra les dents, perdu dans ses pensées. Depuis quand s’énervait-il pour des choses aussi puériles? Bien qu’il ne s’était absolument rien passé. Il ramena ses jambes contre lui et les entoura de ses bras, prenant une grande inspiration pour se calmer. Son seul œil visible se leva vers le ciel, se posant en même temps des questions. Pourquoi était-il dans un état pareil juste parce qu’il avait croisé Zoro à moitié nu, pourquoi rougissait-il ainsi et aussi, pourquoi se posait-il des questions à son sujet?





Chapitre 2.
Mes sentiments... Sont-ils partagés?


    Après s’être torturé l’esprit, le blond se releva et se dirigea vers son antre, où Franky était en train de refaire la porte. La vaisselle n’échappa pas au regard de Sanji, le faisant soupirer. Avec un élan de courage, le cuistot se dirigea vers son évier et commença à frotter les assiettes. Pendant ce temps là, le bretteur aux cheveux verts s’était habillé mais resté planté devant sa commode, des questions se chamboulant dans sa tête à son tour, et oui, si ça arrive à l’un, ça arrive à l’autre. La tête de mousse se demanda pourquoi il avait rougit, car oui, d’habitude il l’aurait poussé simplement et se serrait barré mais là… Le sourcil roulé avait adopté un bien drôle de comportement. L’heure du repas avançait, d’ailleurs, Luffy ne tarda pas à le faire savoir. À midi pile, le capitaine caoutchouteux arriva en courant dans la salle à manger pour crier.

    « - SAAANJI! Manger!

    - Oui oui calme toi ça arrive! »

    Le blond observa les membres de l’équipage s’assoir les uns après les autres autour de la table, s’avançant pour aligner plusieurs plats en face d’eux. Le repas se déroula comme d’habitude, dans la joie et la bonne humeur. Une fois toute la nourriture en face d’eux, Sanji s’assit finalement et commença à manger. Zoro qui était en face de lui le rendait perplexe, revoyant encore l’image de ce dernier à moitié nu, avec pour seulement une serviette autour de la taille. Les joues du blondin s’empourprèrent, détournant le regard. Robin semblait elle, soucieuse, voulant savoir ce qui se passait avec le jeune cook.

    « - Tu n’as pas l’air dans ton assiette… Cook-san.

    - C’est vrai Sanji! Tiens, prend de la viande ça ira mieux! confirma Luffy. 

    - Ne t’inquiète pas Robin, tout va bien. »

    Il avait dit ça comme ça, ce qui étonna toute la troupe. Usopp resta bouche bée et se fit piquer son assiette par Luffy, Franky cria avec son « Aaw! » habituel, Zoro écarquilla les yeux, Brook ouvrait grand sa bouche à son tour, Chopper se demandait si il allait bien et Nami posa sa main sur le front du blond.

    « - Il n’a pas l’air d’avoir de fièvre… »

    Le blond se leva simplement, rangeant les assiettes et les couverts les uns après les autres, le repas terminé. Une fois ça de fait, il s’éclipsa dans sa cuisine, mettant sa vaisselle dans l’évier… Et dire qu’il venait tout juste de la faire. Un bruit de porte se fit entendre(Note de l’auteur: Franky répare vite), le marimo entra et adressa la parole au cuisiner des Mugiwara.

    « - Oi baka cook…

    - Ah c’est toi! Tu vas m’aider pour la vaisselle tiens! Aller viens.

    - C’est pas pour ça que je suis là.

    - Tu pourrais au moins aider! Tu fou rien de toute la journée!

    - Comment ça je fou rien?! Je m’exerce à devenir plus fort MOI!

    - Tu insinue que je suis faible?!

    - Peut être bien!

    - Je te jure qu’un jour je vais te faire rejoindre ton royaume!

    - Quoi? Lequel?

    - Le royaume des algues!

    - Et toi le royaume des imbéciles!

    - Qui c’est l’imbécile ici?! On se l’demande!

    - C’est bon j’me casse, j’perds plus mon temps ici.

    - Non tu restes! Y a de la vaisselle qui t’attends!

    - Lâche moi crétin d’sourcil!

    - ZORO!

    - … Quoi? »

    Il venait de l’appeler par son prénom, ça… C’était rare. Les yeux du marimo s’écarquillèrent subitement, toisant le blond du regard. Ledit blond se sentit rougir légèrement, lâchant l’épaule du bretteur sans rien dire, toussotant et se retournant pour lui faire dos. Zoro s’approcha de lui et posa à son tour sa main sur son épaule, ce qui fit frissonner le cuistot. Les pommettes rouges, il se dégagea et se dirigea vers son évier, se disant qu’un lave-vaisselle ne serait pas de refus. La tête de mousse fit de même et commença à frotter les assiettes sous l’air étonné de Sanji.

    « - Oi, qu’est-c’que tu fais?

    - Bah je fais la vaisselle, ça se voit pas?

    - Non mais… Laisse tomber. »

    Décidément, le cuisiner était bizarre de ces temps-ci, comme s’il cachait quelque chose et ça, le marimo finirait par le découvrir. Au fur et à mesure qu’il lavait les assiettes et les couverts, le blond les essuyaient et les mettaient dans les armoires, tentant de calmer son rythme cardiaque. Une fois tout ça fini, Zoro s’assit sur une chaise près de la table et Sanji le regarda, un gros blanc s’installant entre les deux nakamas. Sans réfléchir, le fumeur commença à parler, enfin plutôt penser à haute voix.

    « - Dis… Tu penses quoi de moi?

    - Hein? Comment ça? »

    Le rouge arriva à la vitesse de la lumière jusqu’aux joues du blondin, ne s’attendant pas à parler tout haut. La fine lame, lui, arqua un sourcil sans le quitter des yeux.

    « - L… Laisse tomber je pensais tout haut.

    - Et pourquoi je devrais laisser tomber? »

    Le cook resta rouge et pinça ses lèvres et se dirigea vers la sortie avant de se faire intercepter par l’algue ambulante, ce qui l’énerva.

    « - Réponds moi. Pourquoi tu voudrais savoir ce que je pense de toi?

    - Laisse tomber imbécile j’ai dis! Ça te regarde pas!

    - … Si ça me regarde.

    - Dégage! »

    D’un geste vif, Sanji se dégagea et sortit en courant, laissant là le pauvre Zoro qui ne comprenait que des nouilles. Haussant les épaules, il alla se chercher un verre de sake. Pendant ce temps là, le cuisinier arriva dans un coin, soupirant à nouveau et s’allumant une cigarette. Robin arriva cependant et s’approcha de lui.

    « - Alors cook-san… Quelque chose ne va pas?

    - Si si ça va! Pourquoi ça n’irait pas?

    - Je sais pas… Juste que tu n’emploie plus les mêmes attitudes avec Nami et moi et que tu … T’emballes rapidement quand la fine lame est près de toi.

    - N… N’importe quoi, tout va bien je t’assure!

    - Je vois. Alors pourquoi tu es tout rouge? assura-t-elle d’un petit rire.

    - C’est rien, j’ai juste chaud.

    - C’est ça… Je te crois bien sûr. Mais dis moi, quels sont tes sentiments envers la fine lame?

    - Bah c’est juste que c’est… C’est… C’est un nakama, sans plus. Et il m’énerve toujours autant à débarquer dans ma cuisine et chopper du sake sans me demander!

    - Je ne dirais pas ça… Je t’ai vu tout à l’heure dans la cuisine avec lui. Tu l’aimes non? »

    Sanji se figea et son visage s’empourpra, bafouillant des choses complètement incompréhensibles. L’archéologue rigola de son rire discret, croisant les bras en souriant à son nakama.

    « - Tu sais, on peut toujours essayer de t’arranger un coup avec lui…

    - Ne t-te moques pas! Et puis tu me vois bien arriver près de lui et lui dire que je… »

    Il ne finit pas sa phrase, ébouriffant ses cheveux de ses mains en fulminant sur place à cause de ce qu’il risquait de dire. Un soupire gagna ses lèvres et il se laissa tomber au sol comme un déprimé. La jeune femme aux cheveux noirs s’abaissa en face de lui, accroupie avec son éternel sourire sur ses lèvres.

    « - Je ne me moque pas, je trouve ça plutôt mignon. Maintenant, il faudrait trouver une façon de lui dire… Non?

    - Je me vois mal lui avouer ça. Il croirait que je me moque de lui.

    - Uhmh… On peut toujours essayer de le faire devenir amoureux de toi? Je pourrais demander à Nami pour de l’aide.

    - Non pas Nami-swan! Imagine sa réaction si elle se rend compte que je ne suis pas amoureux d’elle!

    - Elle ne dira rien ne t’inquiète pas. Et puis elle s’y connait pour faire tourner les gens en bourrique, on pourrait trouver un moyen de le faire tomber à tes pieds.

    - … D’accord, après tout… Autant essayer. »




°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Spoiler:
 


┏━━━┳━┓╋┏┳━━━┓┏━━━┳━━┳━━━┳━━━┳­­­━━━┓
┃┏━┓┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━┓┣┫┣┫┏━━┫┏━┓┃­­­┏━━┛
┃┃╋┃┃┏┓┗┛┃┗━━┓┃┗━┛┃┃┃┃┗━━┫┃╋┗┫­­­┗━━┓
┃┃╋┃┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━━┛┃┃┃┏━━┫┃╋┏┫­­­┏━━┛
┃┗━┛┃┃╋┃┃┃┗━━┓┃┃╋╋┏┫┣┫┗━━┫┗━┛┃­­­┗━━┓
┗━━━┻┛╋┗━┻━━━┛┗┛╋╋┗━━┻━━━┻━━━┻­­­━━━┛

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://universite-aoika.forumgratuit.be/
Roronoa Zoro
Fonda - Bretteur des Mugiwara

Fonda - Bretteur des Mugiwara
avatar


Actualité :

-Why you?! ~ Sanji.
-Tout peut arriver en mer. ~ Nami & Luffy.
-Débarquement. ~ Mugiwara's.

Messages : 293
Berrys : 304
Date d'inscription : 24/09/2011
Age : 21
Localisation : Sur le Vogue Merry.

Carte d'identité
Prime: /
Équipage: Chapeau de Paille.

MessageSujet: Re: Feelings shared - Yaoi ZoSan.   Lun 16 Avr - 12:38


Chapitre 3.
Le but... C'est de l'allumer!


    Nico Robin sourit, contente de pouvoir aider le cook. Tournant les talons et faisant un petit signe de main, elle indiqua au cuistot de la suivre, apparemment il devra dire à Nami-swan qu’il était malheureusement… Non pas gay, bisexuel? Comment dire? Il n’en savait rien, c’était beaucoup trop flou pour lui. Suivit de Sanji, l’archéologue entra dans la cabine des filles où se trouvait la navigatrice rousse, s’approchant d’elle alors qu’elle faisait ses comptes.

    « - Qu’est-c’que vous voul… Oh Robin!

    - Bonjour navigatrice, cook-san et moi-même voudrions te parler de quelque chose, tu as le temps?

    - Euuh… Oui, c’est si important que ça? »

    Le blond était près de la porte, rouge comme une tomate et n’osait pas avancer, un peu comme si on l’avait transformé en pierre, incapable de prendre la parole ou autre. La jeune femme aux mèches de corbeau rigola et lui fit signe de venir, ce qu’il fit lentement, s’asseyant sur le rebord du lit. L’historienne fit de même et regarda la rousse qui ne semblait pas comprendre pour ensuite prendre la parole.

    « - Alors voilà… Notre cher ami ici présent serait amoureux de quelqu’un mais le problème, c’est qu’il ne sait pas comment l’accoster et surtout, comment le lui dire.

    - Amoureux? Et de qui? »

    Le sourcil roulé rivalisa avec une tomate, poussant un long soupire pour tenter de se calmer. Robin le regarda avec un léger sourire, laissant le silence s’installer pour le forcer à le dire, après tout… C’était pour lui qu’elle faisait ça. Le cuisinier comprit alors ce qui se tramait et regarda les deux filles dont une souriait de malice et l’autre qui le regardait avec un air étonné, les yeux écarquillés attendant une réponse.

    « - Aller Sanji, va-y dis! C’est pas honteux d’être amoureux de quelqu’un… Et si tu ne dis rien je pourrais pas t’aider.

    - Je… Je… J’aime …. Zo….. Zozozo… Zoro… »

    La teinte carmin du visage de Sanji s’intensifia d’avantage alors qu’il bafouillait et murmurait presque ses mots, trop gêné de devoir dire ça à haute voix. Nami écarquilla de nouveau les yeux, ravalant sa salive et fixa ensuite Robin qui rigolait doucement suite à la réaction du blondin. Elle fixa alors plusieurs points dans sa tête. Déjà de un, c’est bien car comme ça, lui et Zoro ne s’engueuleraient plus et ça calmerait un peu le navire lorsqu’elle travaille. De deux, c’est aussi bien car comme ça, elle sera tranquille et n’aura plus à subir les avalanches de cœurs et les poèmes à l’eau de rose toutes les deux secondes et enfin, ça pourrait être marrant et mignon de les mettre ensemble.

    « - Mais c’est super! Je veux bien t’aider, pas de problème!

    - Que… Quoi? s’étonna Sanji.

    - Robin! On va tout faire pour les mettre ensemble ces deux là! Question de vie ou de mort! Comme ça j’aurais plus à crier pour les calmer, je n’aurais plus de pot de colle de service et je pourrais ENFIN travailler en paix! »

    Elle était contente, le cuistot la regarda d’un air tout étonné, ne sachant pas quoi répondre à la navigatrice. Maintenant, il ne savait pas trop quoi faire pour avoir le bretteur près de lui, et avait un peu peur de sa réaction, qu’il croie à une mauvaise blague, qu’il se fouetterait de sa gueule une fois de plus.

    « - Donc… On fait comment?

    - J’ai une idée! Il vient dans ta cuisine des fois non?

    - Oui… Le matin et l’après midi pour venir chercher du saké.

    - Bien… Voilà ce qu’on va faire!

    - Ça promet… ricana Robin. »



    Six heures du matin. Sanji s’était levé avant tout le monde et avait été dans la cuisine histoire de préparer le repas, comme ça, ce sera prêt pour le déjeuner habituel. Toujours pas d’île en vue, c’était plutôt bon signe vu ce que le blond souhaitait faire. Une fois la préparation de la nourriture finie, le blond s’assit et bu un verre de son meilleur vin. À peine deux minutes plus tard et quelqu’un débarqua sans frapper, comme par le pur de tous les hasards, Zoro entra et prit une bouteille pour ensuite s’assoir à la même table que le blond. Les yeux du cook s’attardèrent sur lui, ne disant rien.

    « - Qu’est-ce que tu regardes? J’ai un bouton sur la tronche c’est ça? »

    Le blond soupira et se releva, faisant basculer son verre de vin sur le pantalon du sabreur, ce qui fit sursauter ce dernier.

    « - Oi! Mais qu’est-c’que tu fou! T’es malade ou quoi?! Tu sais pas faire attention?

    - Gomen marimo, attends que j’t’essuie ça…

    - C’est bon j’sais le faire moi-même… »

    À peine avoir fini sa phrase que le blond attrapa une serviette et épongea le pantalon du marimo, frottant doucement ce qui fit rougir ce dernier. Un silence s’installa entre le cuisinier et le sabreur -qui était vachement rouge- alors que la main du sourcil roulé s’avançait dangereusement vers son entrejambe -car oui je suis sadique, il y avait du vin là aussi (a)-. Se crispant, Zoro le regarda avec de grands yeux, s’exclamant ensuite.

    « - Wooh… Wohwohwoh! Calme! C’est.. C’est bon j’peux m’en occuper maintenant…

    - Mais il reste une tâche… Là. »

    La main du blond s’avança encore plus dangereusement, le bretteur se disant qu’il jurerait de ne plus s’approcher d’un seul verre de vin en la présence de Sanji. Ledit bretteur se releva d’un coup sec lorsque la main avait atteint le mini-Zoro, rouge de gêne et surtout parce qu’il était mal à l’aise d’avoir le cuistot si prêt.

    « - M…Merci mais ça va aller.

    - Uhmh… Si tu le dis. »

    Sans hésiter, la tête de mousse sortit de la cuisine, complètement rouge et se dirigea vers la vigie où il allait se calmer les nerfs. Sanji remit calmement la cuisine en ordre et alla voir la rousse ainsi que la noirette qui, elles, avaient observé la scène.

    « - … Vous croyez vraiment que ça va aller?

    - Mais oui Sanji-kun! Tu t’en sors hyper bien, t’aurais vu sa tête en sortant, c’était vraiment énorme.

    - Mais c’est quand même sadique ce qu’il lui fait… Non? aborda Robin.

    - Non, faut qu’il comprenne! »

    Nami avait l’air complètement enjouée par ce… Jeu. Oui apparemment, pour elle c’était un jeu et le but c’était que le blond retrouve le gazon dans son lit. Quoi je suis un peu trop directe? C’est vrai… Non? Sanji laissa paraitre un léger sourire en coin, rougissant que très légèrement.

    « - Ouais… En tout cas il était vraiment… Mignon quand il rougissait.

    - Je crois même qu’il rougit toujours. dit Robin en rigolant.

    - Ouaip, aller… Prochaine étape, on s’y met à fond! »



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Spoiler:
 


┏━━━┳━┓╋┏┳━━━┓┏━━━┳━━┳━━━┳━━━┳­­­━━━┓
┃┏━┓┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━┓┣┫┣┫┏━━┫┏━┓┃­­­┏━━┛
┃┃╋┃┃┏┓┗┛┃┗━━┓┃┗━┛┃┃┃┃┗━━┫┃╋┗┫­­­┗━━┓
┃┃╋┃┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━━┛┃┃┃┏━━┫┃╋┏┫­­­┏━━┛
┃┗━┛┃┃╋┃┃┃┗━━┓┃┃╋╋┏┫┣┫┗━━┫┗━┛┃­­­┗━━┓
┗━━━┻┛╋┗━┻━━━┛┗┛╋╋┗━━┻━━━┻━━━┻­­­━━━┛



Dernière édition par Roronoa Zoro le Mar 17 Juil - 23:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://universite-aoika.forumgratuit.be/
Roronoa Zoro
Fonda - Bretteur des Mugiwara

Fonda - Bretteur des Mugiwara
avatar


Actualité :

-Why you?! ~ Sanji.
-Tout peut arriver en mer. ~ Nami & Luffy.
-Débarquement. ~ Mugiwara's.

Messages : 293
Berrys : 304
Date d'inscription : 24/09/2011
Age : 21
Localisation : Sur le Vogue Merry.

Carte d'identité
Prime: /
Équipage: Chapeau de Paille.

MessageSujet: Re: Feelings shared - Yaoi ZoSan.   Jeu 10 Mai - 15:20


Chapitre 4.
Et un pas en avant pour une nouvelle destinée!


    Le même jour, pendant la nuit.

    Le blond était de garde ce soir, qu’il vente ou qu’il neige, peut importe, c’était son tour. Du haut de la vigie, ce dernier, emmitouflé dans une couverture tremblotait légèrement, le vent froid lui gelant même les os. Sanji savait que tout le monde dormait, après tout c’est normal, il devait être au moins deux heures du matin passé. La bouche du cuistot s’ouvrit en grand, laissant passer un long bâillement dût à la fatigue qui s’accumulait. Il se redressa, couverture sur les épaules et descendit lentement de la vigie, commençant à grelotter à cause du vent qui soufflait de plus en plus fort et ce, maintenant qu’il était à l’extérieur. Une fois les pieds posés sur le sol, notre blondinet préféré se dirigea vers la cuisine, réfléchissant. Pour lui, c’était totalement impossible. Non pas de draguer Zoro mais que cette têtue tête de gazon tombe amoureux de lui. Mais bon comme on dit souvent, qui ne tente rien n’a rien… Tout ce que le cook souhaitait, lui, c’était, en aucun cas, de se le mettre à dos. Il arriva rapidement dans son antre, se dirigeant vers le réfrigérateur pour l’ouvrir et en sortir une bouteille de lait. Sanji prit alors une boite de chocolat en poudre, en déversant deux cuillères à soupe dans une tasse. Il fit chauffer le lait dans un poêlon, le regard presque vide. Une fois le liquide blanchâtre chauffé, il le déversa dans la tasse, mélangeant la poudre à celui-ci pour avoir un bon chocolat chaud. Le blond sourit, satisfait et se dirigea vers un hublot, buvant son breuvage tout en réfléchissant… Encore. Pendant ce temps là, la tête de mousse s’était réveillée, marchant dans les couloirs pour ensuite sortir pour prendre l’air. Ce qui s’était passé tout à l’heure l’avait extrêmement troublé, pire, gêné. Pourtant, ça n’était jamais arrivé avant et il se demandait bien pourquoi il avait rougit à cause de … ça. Zoro ouvrit la porte du dortoir pour ensuite se diriger vers l‘extérieur, s‘asseyant sur le sol recouvert d’herbe douce, adossé à une parois du Thousand Sunny, près de la cuisine qui elle était allumée mais n’y fit pas attention, fixant le mât.

    Sanji lui, avait fini son cacao chaud et avait lavé la tasse ainsi que le poêlon, ressortant avec toujours sa couverture, faisant en même temps sursauter le bretteur qui ne sortit aucun son, observant le cuistot de ses prunelles émeraude. Le cook se dirigea vers la vigie en grelottant toujours, montant l’échelle pour vite arriver au sommet, se dirigeant vers une des fenêtres de la vigie, fixant les affaires du bretteur sans y faire attention, ne se rendant pas compte que ses yeux se fermaient doucement. Le marimo ambulant s’y dirigea également, montant en silence pour ne pas se faire prendre. Il avait apporté une deuxième couverture, s’asseyant à côté de lui. Le fixant dormir, la tête de mousse savait pertinemment qu’il n’allait pas réussir à tenir la garde de nuit et de toute manière, Zoro n’arrivait pas à dormir, beaucoup trop perturbé par le comportement du sourcil roulé. C’est alors qu’il garda l’œil sur la mer et ses alentours durant la nuit, ne dérangeant pas le cuistot.



    Le lendemain matin…

    L’agitation matinale était au rendez-vous, surtout pour l’absence de deux trucs importants. Celui qui fait la bouffe et celui qui sabre. Tout le monde avait fouillé le bateau de fond en comble mais n’avait réussit à retrouver ces deux abrutis, lorsque Nami eu un déclic qui la fit sourire… D’un sourire pervers et machiavélique. Ce dernier fit froid dans le dos de tout le monde, mis à part Robin qui se mit à rigoler de manière discrète, mettant une main devant sa bouche.

    «-  Je crois savoir où ils sont allés… » Murmura l’archéologue.

    La rousse demanda aux autres de ne pas la suivre, ce qu’ils firent sans protester, après tout, elle était capable de tout et n’importe quoi avec cet air démoniaque. Montant l’échelle qui reliait le pont à la vigie, notre navigatrice arriva rapidement à une petite trappe, l’ouvrant tout en douceur pour ensuite entendre des ronflements, son rictus s’amplifiant. Une fois en haut, cette dernière referma ladite trappe derrière elle, allant se planquer derrière des altères à proportions exagérées, fixant le marimo et le sourcil roulés qui eux, avaient leur têtes collés l’une contre l’autre, de côtés et limite couchés l’un sur l’autre, tenant toujours debout. Les yeux de Robin ne prirent pas plus de temps à apparaitre sur un endroit discret, près de Nami en fixant les deux « amoureux » qui dormaient l’un contre l’autre. Quelques minutes plus tard et la tête de Sanji tomba lourdement sur l’épaule du bretteur, qui lui, ouvrit lentement les yeux, se décrochant presque la mâchoire en baillant, clignant alors plusieurs fois les yeux afin de se réveiller lentement, se rendant compte d’une chose sur son épaule gauche. Tournant la tête, perplexe, Zoro fixa l’espère de touffe blonde qui était sur sa droite, arquant un sourcil. Il posa sa main sur cette « touffe », caressant légèrement les cheveux avant de comprendre que ce n’était autre que le cuistot, rougissant furieusement, ce qui fit sourire les deux espionnes. La fine lame prit la tête du blond entre ses mains, délicatement afin de ne pas le réveiller et se décala, re-déposant la tête de celui-ci sur la banquette. Sanji lui, ouvrit petit à petit les yeux, sentant une présence sur ses cheveux. Il se redressa à son tour, ses yeux s’habituant à la lumière pour distinguer un truc vert, fronçant un peu les sourcils.

    « - … Du gazon? »

    Le bretteur fronça les sourcils de mécontentement, le fixant froidement.

    « - Zoro. J’ai un nom crétin! »

    Le cook cligna plusieurs fois des yeux, fixant le gros bêta qui était en face de lui, souriant.

    « - Ah, désolé Zoro. Je t’avais pas reconnu. Comment ça va? »

    Le fait que Sanji ai prononcé le prénom du bretteur et surtout, qu’il lui demande si ça allait eu comme un impact sur lui, comme la foudre qui avait tapé sur un piquet électrique qui n’était autre que lui, tétanisé.

    « - … Tu te sens bien? » avait prononcé la fine lame.

    Le blondinet pencha la tête sur le côté, arquant un sourcil et comprit alors qu’il n’était plus dans son rêve mais la réalité, rougissant énormément et se décalant rapidement.

    « - Aah! Tête de mousse c’est toi! Mais qu’est-ce que tu fou là?! C’était moi à la vigie ce soir! Et puis… Il fait jour?!

    - …. Tu te fou de ma gueule là? Sérieux, j’suis monté juste comme ça pour chercher un truc que j’avais oublié et tu t’étais endormis pauvre idiot! Donc j’ai dû veiller à ta place.

    - Je suis pas un idiot! Crétin! Et puis j’y peux rien ça arrive les coups de pompe, c’est vrai que toi t’es pas souvent fatigué, tu ronfles du matin au soir et tout ce que tu fais de la journée c’est picoler, roter, chier, faire la sieste et bouffer!

    - Comment ça?! J’te signale que je m’entraine MOI! J’suis pas un cure-dent comme toi!

    - Répète un peu pour voir?! Et MOI au moins j’ai la côte auprès des filles!

    - Des filles? Me fais pas rire, c’est pas toi qui a essayé de m’allumer hier en m’essuyant l’pantalon?! »

    Et hop, c’était sortit tout seul. Un gros blanc horriblement gênant s’installa entre les deux nakamas qui eux, n’osaient plus rien dire du coup. Zoro se maudissait intérieurement d’avoir lâché ça aussi rapidement et sans réfléchir et Sanji lui, était horriblement et atrocement gêné. Le cook fit le premier pas, voulant éviter le bretteur pour pouvoir quitter cet enfer au plus vite et pouvoir commencer le repas, après tout, Luffy était surement en train de le réclamer. C’est alors que par le plus grand des hasard et pour notre plus grand plaisir, une petite altère trainait dans le coin, faisant trébucher le blond qui ne l’avait pas vu et qui s’était prit le pied dedans pour ensuite qu’il se crashe limite sur le bretteur qui le rattrapa et qui trébucha en même temps, les faisant basculer sous leurs poids et… Collant toujours par notre plus grand plaisir, leurs lèvres ensemble. Les yeux du cuistot s’écarquillèrent et ses joues virèrent rapidement au rouge, rouge bien distinct et visible. Zoro lui, avait les bras légèrement en l’air, les yeux ronds et la bouche entre-ouverte ce qui était plutôt mauvais signe. Sans même s’en rendre compte, le cuistot pervers passa timidement sa langue entre celles-ci, voulant à tout prix conquérir le monde de la cavité buccale de notre royale tête d’algue qui, comme un bleu, se laissa faire. La présence humide dans sa bouche ne semblait pas le déranger mais le gêner au plus haut point, de là à ce qu’il n’osait pas rechigner. Ledit bretteur leva lentement une main vers le torse du blond qui semblait se donner à cœur joie de l’embrasser et le repoussa avec force contrôlée, le regardant la bouche entre-ouverte, commençant à haleter.

    « - Que… Mais qu’est-ce que tu fou bordel… »

    Il croyait que le blond se foutait de sa gueule, histoire de bien le ridiculiser pour ensuite dire en bas devant tout le monde un cuisant « Hey les gars! Zoro est gay il m’a embrassé dans la vigie! » tel un môme de six ans qui fait une mauvaise blague à son « camarade ». La tête de mousse se redressa et partit rapidement, descendant de la vigie les joues toujours empourprées, se planquant dans sa cabine. Les doigts posés sur sa bouche, un mince sourire aux lèvres qui disparut rapidement, Sanji était perplexe. Il était extrêmement heureux du baiser et avait vraiment apprécié mais… La réaction de Zoro demeurait dans son subconscient, ne cessant de se répéter qu’il était un idiot profond, qu’il n’arriverait jamais à rien en faisant… ça. La rousse sortit rapidement de son coin, étonnant le cook qui poussa un cri d’effrois, bafouillant en tremblant légèrement.

    « - N…Nami chérie?! Mais que fais-tu là?! Tu… Tu es là depuis longtemps?!

    - Ouiiii! C’est bien Sanji-kun! T’as enfin réussis à avoir ce que tu voulais! »

    Elle lui serrait limite la main, la remuant de haut en bas comme pour le saluer mais en sautillant, contente.

    « - Mais tu sais Nami-swan, il n’a pas l’air d’avoir réellement apprécié… Enfin… Je préfère continuer solo pour la suite. Après tout… C’est tout de même mieux.

    - Dis pas n’importe quoi, tout seul t’y arriveras jamais, fais moi confiance, comme t’es partis, on peut plus t’arrêter! C’est comme le train pour aller à Enies Lobby, une fois qu’il est en route… Y a pas de freins et faut foncer dans l'tas!

    - … C’est quoi cette histoire de train?

    - Laisse tomber, pas important! Fonce Sanji fonce! »

    Elle descendit rapidement de la vigie, souriant malicieusement en sachant déjà ce qu'elle allait faire subir à notre pauvre marimo déboussolé afin de le caser avec celui qui jouait les jolis cœurs. Elle posa alors les pieds sur le pont recouvert d'herbe, annonçant à tout le monde que le cuistot était en haut et qu’il s’était endormit durant sa garde, rassurant l’estomac sur pattes et ses confrères. Le blond lui était toujours là, limite la main toujours en l’air et les yeux écarquillés, ne bougeant pas d’un poil.

    « - … d’accord? »




°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Spoiler:
 


┏━━━┳━┓╋┏┳━━━┓┏━━━┳━━┳━━━┳━━━┳­­­━━━┓
┃┏━┓┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━┓┣┫┣┫┏━━┫┏━┓┃­­­┏━━┛
┃┃╋┃┃┏┓┗┛┃┗━━┓┃┗━┛┃┃┃┃┗━━┫┃╋┗┫­­­┗━━┓
┃┃╋┃┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━━┛┃┃┃┏━━┫┃╋┏┫­­­┏━━┛
┃┗━┛┃┃╋┃┃┃┗━━┓┃┃╋╋┏┫┣┫┗━━┫┗━┛┃­­­┗━━┓
┗━━━┻┛╋┗━┻━━━┛┗┛╋╋┗━━┻━━━┻━━━┻­­­━━━┛

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://universite-aoika.forumgratuit.be/
Roronoa Zoro
Fonda - Bretteur des Mugiwara

Fonda - Bretteur des Mugiwara
avatar


Actualité :

-Why you?! ~ Sanji.
-Tout peut arriver en mer. ~ Nami & Luffy.
-Débarquement. ~ Mugiwara's.

Messages : 293
Berrys : 304
Date d'inscription : 24/09/2011
Age : 21
Localisation : Sur le Vogue Merry.

Carte d'identité
Prime: /
Équipage: Chapeau de Paille.

MessageSujet: Re: Feelings shared - Yaoi ZoSan.   Mer 18 Juil - 1:00


Chapitre 5.
Ça... C'est pire que gênant.


    Quelques minutes plus tard.

    De la cuisine se dégageait une délicate odeur, mettant les papilles gustatives de Luffy en marche qui s’impatienta en sautillant derrière la porte -car oui, celle-ci avait été réparée par Franky-, n’osant pas entrer sous peine d’être privé de repas. Pendant ce temps là, tout le monde patientait tranquillement. Robin lisait, assise sur la balançoire, encore un livre sur l’archéologie. Devant elle se trouvait notre tête d’algue préférée qui soulevait un poids d’une seule main, son regard rivé sur la porte du sanctuaire du cuistot. La femme aux mèches sombres ne put que remarquer le regard qu’il portait vers l’endroit, un fin rictus ourlant ses lèvres. Cependant, elle ne fit aucune remarque, laissant le marimo rêvasser. Ce dernier détourna aussitôt le regard quand la porte s’ouvrit sur Sanji qui déclara le repas prêt et la table dressée, ce qui agita le capitaine qui était suivit par Usopp et Chopper. Le repas se déroula calmement, ou presque. Nami et Robin ne pouvaient faire sans remarquer le regard que portait le bretteur sur le blond, qui lui, n’osait même pas croiser le regard de celui-ci.

    Avançons un peu voulez vous…

    Le repas se termina. Tout le monde était partit et Zoro suivait lorsqu’il fut arrêté par un cuistot insistant.

    « - Qu’est-ce que tu veux, baka-cook?

    - La vaisselle, tu vas la faire avec moi.

    - Eh? Encore?

    - Quoi encore? Faut la faire tous les jours.

    - Tu peux pas demander à quelqu’un d’autre?

    - Nan.

    - Ah d’accord… J’espère que c’est pas encore un de tes plans tordus. »

    Sanji tiqua à « plans tordus »… Avait-il deviné? Comment? Enfin, comment, c’est quand même lui qui lui avait roulé une pelle y a pas longtemps. C’est quand même lui qui lui avait essuyé le pantalon avec insistance. Comme un con, le blond soupira, se dirigeant vers la pile d’assiettes qui jonchaient l’évier.

    « - Je vois pas de quoi tu parles.

    - Fais pas l’innocent. Tu crois que j’suis con et que j’me pose pas des questions?

    - Parce que ça t’arrives de penser de temps en temps? »

    Le bretteur semblait s’énerver à vue d’œil. Mais qu’est-ce qu’il cherchait ce cuistot de merde sérieux? Zoro s’avança alors vers le blond qui commençait à frotter la porcelaine et le retourna directement, posant ses mains sur les rebords du comptoir de chaque côté du cook afin de le piéger. Les joues du sourcil roulé se mirent à rosir, son seul œil visible s’écarquillant.

    « - Explique toi.

    - M’expliquer pour quoi?

    - Pourquoi tu me tourne autour. Je veux savoir.

    - Hein?

    - Fais pas l’innocent. »

    Sanji tentait vainement de se dégager de l’emprise du vert qui ne bougeait pas d’une semelle. Son corps était limite, en train de toucher le sien, ce qui le rendait pire que mal à l’aise. La fine lame remarquait bien évidement les rougeurs installées sur les pommettes du blond, le rendant un peu soumis dans cette position. Et c’est là qu’il se baffa l’esprit. Pourquoi il pensait à des trucs pareils sérieux? Leur torses étaient collés ensemble et le silence s’était installé. Le cuistot détourna le regard ainsi que la tête, refusant de regarder plus longtemps l’homme qui arrivait à le troubler au plus haut point, ne sachant quoi lui dire. Zoro, lui, le regarda et poussa un grognement de mécontentement, posant ses doigts sur son menton pour tourner son visage vers lui, de façon à ce qu’il le regarde de nouveau.

    « - Et si je fais ça… Tu parleras?

    - Faire qu…? »

    L’homme aux mèches blondes ne put finir sa phrase, ses lèvres ayant rencontré celles du marimo. Son corps tout entier se crispa sous l’acte de celui-ci, son cœur commença à battre la chamade. Et le pire, c’est que l’autre là, ça l’amusait. Le pire, c’est qu’il avait l’air parfaitement sérieux. Et le pire du pire, c’était que Sanji ne bougeait absolument pas pendant que Zoro happait tendrement ses lèvres, rendant le baiser plus délicat, plus léger alors que l’une de ses mains se perdit dans les fins cheveux dorés du cuisinier, le faisant doucement frémir. Et c’est pendant cet acte que la fine lame se dit une chose ; c’est pas si désagréable. Le blond avait fermé les yeux ainsi que le vert, passant timidement ses mains sur son dos pour s’agripper à son chandail blanc. Le bretteur ne voyait aucune résistance du blond, qui d’ailleurs, était franchement en train de prendre son pied à l’embrasser. Les lèvres de ce dernier commencèrent à s’écarter, donnant directement accès au marimo qui ne se priva pas d’y inviter sa langue, faisant frémir le cuistot de toutes parts. Leurs langues se mirent à danser ensemble, se frottant l’une contre l’autre alors qu’ils poussaient de mignons petits soupires de bien être… Et c’est ainsi qu’un baiser endiablé prit forme. Les mains du bretteur se mirent à se balader sur le torse du cuistot sans même savoir ses véritables sentiments envers lui et… Attendez… Mais qu’est-ce qu’il était en train de faire là? Zoro se mit alors à rougir furieusement et coupa le baiser, sa respiration légèrement haletante. Sanji leva son regard timide vers lui et le fixa longuement avant de tourner la tête, gêné au plus haut point.

    « - A…Alors… Tu vas parler?

    - …

    - Je vois qu’on est devenu muet. C’est moi qui te met dans un état pareil?

    - Tsh. fit Sanji en serrant les dents.

    - Tu boudes? »

    Le bretteur esquissa un fin sourire avant de s’approcher du visage de son nakama, sortant sa langue pour ensuite lécher le bout de son nez. Le cuistot tressaillit sur place et se mit à rougir tel une tomate mure, le regardant avec de grands yeux.

    « - Que… Qu’est-ce que tu fais?!

    - Ah, je vois que Monsieur a retrouvé la parole. Alors, tu décides de me dire ce qui se passe ou pas?

    - Si je te le disais tu te foutrais de ma gueule.

    - Qui te dis ça?

    - Intuition.

    - Faudrait déjà que je sache pour me foutre de ta gueule, nan? »

    Sanji soupira et détourna de nouveau le regard, silencieux. Zoro lui, le fixa longuement avant de le lâcher, se dirigeant vers la porte pour sortir de la cuisine. La porte se referma une fois qu’il fut partit, laissant le cuistot avec ses assiettes. Ce dernier se laissa glisser le long du comptoir, fixant le vide alors que le bout de ses doigts se posaient sur ses lèvres, un léger rictus les ourlant. Quelques pétales de cerisier apparurent pour ensuite disparaitre. Robin, assise sur la rambarde souriait, adressant un regard à Nami.

    « - La troisième étape est accomplie, chère navigatrice. »


    À suivre...



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Spoiler:
 


┏━━━┳━┓╋┏┳━━━┓┏━━━┳━━┳━━━┳━━━┳­­­━━━┓
┃┏━┓┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━┓┣┫┣┫┏━━┫┏━┓┃­­­┏━━┛
┃┃╋┃┃┏┓┗┛┃┗━━┓┃┗━┛┃┃┃┃┗━━┫┃╋┗┫­­­┗━━┓
┃┃╋┃┃┃┗┓┃┃┏━━┛┃┏━━┛┃┃┃┏━━┫┃╋┏┫­­­┏━━┛
┃┗━┛┃┃╋┃┃┃┗━━┓┃┃╋╋┏┫┣┫┗━━┫┗━┛┃­­­┗━━┓
┗━━━┻┛╋┗━┻━━━┛┗┛╋╋┗━━┻━━━┻━━━┻­­­━━━┛

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://universite-aoika.forumgratuit.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Feelings shared - Yaoi ZoSan.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Feelings shared - Yaoi ZoSan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» Julian Ҩ “My feelings are too loud for words and too shy for the world.”
» Haiti and the Danger of R2P
» Philosophie, cours 1 : Epicure.
» nina lou ♢ happiness is real only when shared

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sea World :: Divers :: Musée d'art :: Fanfictions-